• Les engrais

    Partie intégrante de la fertilisation

    Les corrections à apporter à notre sol ou substrat, suite à une analyse, ou tout simplement, après observation de signes manifestes de carences, pourront se faire avec des engrais ou des amendements.

    On appelle cela la fertilisation.

    Dans la jungle des engrais que l'on peut trouver dans les magasins de jardinage et sur le net, il faut bien faire un choix.

    Comme pour les terreaux, le prix peut nous guider dans nos achats, mais ce n'est pas suffisant.

    Il est à mon sens important, en matière de fertilisants, de savoir ce que l'on utilise.

    L'utilisation d'engrais n'est pas anodine. En effet, si notre choix est guidé essentiellement par le caractère économique, nous allons à coup sûr, utiliser des engrais chimiques parfois inefficaces et de plus très polluants.

    Le premier conseil que je vous donnerais ici, sera de bien lire les étiquettes des emballages.

    Sur ces étiquettes, vous trouverez de nombreuses informations, et notamment:

    • A quelles plantes est destiné cet engrais (bien qu'on puisse adapter les utilisations),

    • les doses d'emploi,

    • les périodes d'emploi,

    • l'équilibre entre N,P et K.

    Il existe des engrais minéraux, organiques et organo-minéraux.

     

    Certains (les minéraux) sont issus de l'industrie chimique ou d'extraction (phosphore, potasse). D'autres, (les organiques) sont d'origine animale ou végétale.

    Les organo-minéraux sont un mélange des deux précédents.

    Dans un premier temps, notre choix se fera en fonction de notre volonté ou non de participer à la préservation de l'environnement.

    En effet, les engrais minéraux sont polluants à plus d'un titre.

    D'une part, parce qu'ils sont issus, de l'industrie pétrochimique, et d'autre part, car lorsqu'ils ne sont pas consommés par les végétaux, il se retrouvent dans le sol et, par lessivage, dans les nappes souterraines, les rivières, les mers et les océans.

    Nous retrouvons également ces minéraux dans les aliments que nous cultivons et parfois consommons (fruits et légumes).

    Dans un second temps, si le choix est fait entre minéral et organique, le facteur économique peut intervenir.

    Certes les engrais organiques sont plus chers au kilo ou litre, et de plus il faut doubler les doses par rapport au engrais chimiques.

    Je vous l'accorde, cela peut causer un cas de conscience.

    Ceci dit, sommes nous obligés d'obtenir de hauts rendements de nos cultures?

    Les rayons des magasins spécialisés sont remplis de boites, sacs et bidons d'engrais.

    Ainsi, à priori pour nous faciliter la tâche, on nous propose un type d'engrais par type de plante.

    Au final, dans la cabane de jardin, les sachets, bidons, boites s'accumulent, stockés de façon plus ou moins adéquate, pour ne servir qu'en faible quantité.

    A vrai dire, si on connait un peu le rôle de chaque élément minéral (ici), on peut utiliser un type d'engrais pour plusieurs types de végétaux.

    Ainsi, un engrais pour rosier pourra très bien être utilisé pour les arbustes fleuris ou les plantes fleuries. Attention toutefois au dosage.

    De même qu'un engrais potager pour légumes fruits, pourra être utilisé pour les arbres fruitiers ou les agrumes. A la différence prés que les agrumes (citronnier, oranger) auront plus besoin d'oligo-éléments.

    Il est important de connaitre l'équilibre entre N,Pet K.

    En effet, selon les rôles de chacun, notre choix s'orientera du côté de la floraison, de la pousse végétative, de la fructification entre autres.

    Très schématiquement:

    • Si je veux favoriser le feuillage, je choisis un engrais plus dosé en Azote(N).

    • Si je veux favoriser la floraison et la fructification, je choisis un engrais plus dosé en Anhydride phosphorique(P) et en Potassium(K).

    Bien sûr, si c'était aussi facile que cela, ça ce saurait, car un autre paramètre entre en ligne de compte dans l'utilisation d'un engrais.

    Il s'agit en effet, de la période à laquelle on l'applique.

    Une plante pérenne ou de culture longue n'aura pas les mêmes besoins tout au long de sa vie.

    Prenons le cas d'un plant de tomate:

    En début de culture, lorsque vous le mettez en terre, il est nécessaire de l'aider à développer son système racinaire ainsi que ses feuilles et ses branches.

    Pour cela, l'engrais à utiliser sera plutôt équilibré entre Azote(N) et Anhydride phosphorique(P).

    Plus tard, la floraison et la mise à fruit qui se passent les mois les plus chauds, nécessiteront plus de besoins en Potassium(K).

    C'est ainsi qu'il faut mener la réflexion pour toutes les plantes que l'on cultive.

    Un dernier conseil, attention à veiller aux doses que vous appliquez !

    Les plantes ne prélèvent que ce dont elles ont besoin.

    Et en cas de surdosage, il y a risque de brûlure et bien sûr, l'excédent est:

    • Soit stocké et réutilisable plus tard, c'est le cas pour le Potassium (mais en partie lessivé).

    • Soit stocké mais rendu inutilisable pour les autres cultures par transformation dans le sol, c'est le cas pour l'Anhydride phosphorique.

    • Soit lessivé, c'est le cas pour l'Azote.

    Enfin, il existe une méthode plus douce pour recharger les sols, ce sont les engrais verts, mais il s'agit là d'un autre débat.

    « Un sol vivantLa fertilisation »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :